Blog

Les cinq règles du mensonge, Ruth Ware

Qu’est-ce qu’un été sans un bon thriller ? Les cinq règles du mensonge de Ruth Ware paru aux éditions Fleuve noir est un thriller psychologique parfait pour accompagner les vacances.

Tout est ori, Serge Paul Forest

J’ai d’abord été enchantée par l’univers de Tout est ori publié par VLB Éditeur… La plume crue, débridée et drôle de Serge Paul Forest nous plonge sur les rivages de la Côte-Nord au cœur du business de pêche de mollusques et crustacés de la famille Lelarge. On y sent l’iode, le varech et les grains de sable qui se coincent dans les pliures de la peau. Ces personnages hauts en couleur sont à la fois touchants et plus tordus les uns que les autres ! Mais l’atmosphère devient vite « mouillée », « gluante » et « visqueuse »…

Les enfants sont rois, Delphine de Vigan

Un petit bijou. Les enfants sont rois de Delphine de Vigan trônait dans ma PAL depuis quelque temps et j’avais hâte de le lire. Quel plaisir ! Delphine de Vigan est l’une de mes auteures préférées, et en s’attaquant au grand débat de l’usage des réseaux sociaux par des parents exposant leurs enfants à la face du monde, elle a su attiser mon âme et mon cerveau (oui j’aime les romans qui ouvrent le débat et font réfléchir !).

L’ami arménien, Andréï Makine

L’Ami arménien d’Andréi Makine est une histoire d’amitié entre un orphelin d’un pensionnat de Sibérie, et Vardan, un jeune garçon arménien malmené par ses camarades en raison de son étrange maturité et de sa santé fragile, qui devient le prétexte à raconter l’exil et les persécutions vécus par le peuple Arménien sous l’empire soviétique.

La datcha, Agnès Martin-Lugand

Je dois dire que j’espérais mieux. À voir ce livre d’innombrable fois recommandé sur Instagram et ailleurs, je pensais que j’aurai été toute aussi enchantée par l’univers de La Datcha.

Pachinko, Min Jin Lee

Pachinko. 600 pages d’une histoire d’exil, de résilience, d’honneur et de résistance. À travers les quatre générations de la famille de Sunja, l’auteure nous décrit, avec une plume dépouillée et directe, près d’un siècle des relations nippo-coréennes.

Trois, Valérie Perrin

Un livre qui sent bon l’été. Valérie Perrin a eu le don de m’entraîner dans son univers où les choses les plus banales de la vie ont toute leur importance. La profondeur des mots et des personnages, l’intrigue et le temps qui passe et nous sépare. Tout y est.

En juin, je lis autochtone

À l’initiative de la maison d’Éditions Hannenorak, une maison d’édition autochtone dédiée à la littérature des Premières Nations, le défis #jelisautochtone a été lancé pour souligner le Mois National de l’Histoire Autochtone. L’occasion pour moi, de vous faire une petite sélection de livres écrits par des auteurs autochtones ou dont l’histoire raconte la vie de cette communauté.

Trop c’est comme pas assez, Mylène Gilbert-Dumas

Dans ce livre, l’auteure dénonce des décennies d’acceptation aveugle de la convention d’hyperconsommation. Nos désirs insatiables de biens matériels polluent à la fois notre pensée mais aussi la planète. Loin de contribuer à notre bonheur, la société d’abondance à fait de nous des esclaves, des drogués shootés à la dose de dopamine reçue à chaque achat, à chaque like, à chaque expérience de nouveauté.