Nous étions le sel de la mer, Roxanne Bouchard

Nous étions le sel de la mer, premier tome des aventures du sergent Moralès en Gaspésie, est un roman de Roxanne Bouchard publié chez VLB éditeur qui sent bon les embruns du fleuve Saint-Laurent...

J’étais déjà charmée par l’écriture de Roxanne Bouchard. Je l’ai découverte avec La Mariée de Corail, son deuxième opus des Enquêtes de Joaquin. Oui… j’ai lu ses aventures dans le mauvais sens, mais j’ai été toute aussi heureuse, sinon plus, de découvrir un Joaquin Moralès encore peu sure de lui-même dans la gestion de cette affaire et de réaliser tout le chemin qu’il a parcouru. Car il débarque dans une Gaspésie où l’étranger qu’il est doit faire sa place, s’accommoder des rituels locaux et apprendre la mer, ses tragédies, ses amours et ses secrets, tandis qu’il fait face à des tourments dans son mariage.

D’ailleurs, on sent que l’écriture de Roxanne Bouchard a aussi évolué depuis ce premier tome. L’écriture à la première personne sous les traits de Catherine, personnage central de ce livre, est par la suite délaissée pour la troisième personne, offrant ainsi plus d’égalité dans la place qu’occupent les personnages, et nous permettant de nous y attacher plus facilement.

Dans Nous étions le sel de la mer, on plonge dans le quotidien des habitants de Caplan, rythmée par la pêche, les marées et les tempêtes, et le corps de noyés rejetés par une mer dont la beauté vous fait oublier ses dangers. Alors la découverte du corps de Marie Garant, femme marin, interroge. Suicide, accident ou meurtre ?

D’autant plus que Marie Garant à fait chavirer bien des cœurs. Indépendante, aventureuse et libre, elle aura suscité l’admiration ou la haine. « Pis, j’men vas vous dire rien qu’une affaire », entre Cyrille, son beau-frère amoureux et fidèle, Catherine, sa fille qu’elle n’a jamais vue et en quête d’identité, et Renaud Boisseneau, le tenancier du bar du village aussi pipelette que touchant, Marie Garant est décrite comme une femme complexe et secrète, dont la beauté et le don pour la navigation font oublier bien des tragédies passées que le sergent Moralès devra déterrer.

Catherine, elle, comprend bien que personne n’a réellement connu sa mère pour ce qu’elle était vraiment. Obnubilés par leur désir ou leur rancœur, chaque villageois garde un souvenir brumeux et biaisé de cette femme dont chacun attendait le retour…

Nous étions le sel de la mer est suivi par deux autres enquêtes : La mariée de corail et Le murmure des hakapiks. Une série fabuleuse dont la description magnifique des paysages marins, l’humour, la complexité des personnages et la simplicité du quotidien en font des polars aussi poétiques que palpitants. À lire absolument.

Extrait:
« T’arrives en vacances, t’es de bonne humeur, en forme, pis tu penses que la mer va te faire du bien. Hiii… Mais c’est pas vrai. La mer, c’est dur, pis faut être fait fort pour la regarder en face. Elle nous spine les souvenirs comme dans une laveuse à linge ».